De belles sensations avec Gregory Crozier

De belles sensations avec gregory crozier

Voler, l’homme en a toujours rêvé, depuis la nuit des temps. Passer par-dessus ces montagnes immenses sans efforts, aller voir de l’autre côté de cette mer comment y vit, voir la terre depuis là-haut, la tête dans les nuages… C’est tout cela qui a poussé les humains à mettre au point l’aviation. Désormais on sait ce qui se passe sur l’autre rive de l’océan, comme derrière la colline, et l’on peut se rendre partout ou presque, grâce à l’avion. Chacun peut donc, un jour, vivre son rêve d’aller voir le Japon, le Sri Lanka ou encore le Canada ou l’Algérie. Mais pour autant, les hommes n’ont pas cessé d’avoir envie de voler de leurs propres ailes, comme en atteste la passion dont Grégory Crozier s’est fait une spécialité : le vol libre.

L’interview de Greg Crozier sur Television Loire 7

L’émission de télévision stéfanoise 7 à vous a récemment mis à l’honneur Grégory Crozier, le français qui s’est illustré en devenant le champion du monde de free fly, cette discipline artistique qu’il pratique depuis de nombreuses années. Le vol libre est un sport très particulier : il s’agit de mettre au point une chorégraphie, que l’on exécute dans l’air, mais sans parachute. Toute la difficulté consiste à pouvoir se maintenir les uns à proximité des autres, mais aussi à tenir sa position, alors que l’on est en pleine chute libre, sans rien pour freiner la descente vers le sol. Alors il n’est pas difficile d’imaginer à quel point notre champion a pu avoir du mal à rester enfermé chez lui pendant le confinement.

Comme un oiseau en cage

C’est ainsi que Greg Crozier s’exprime à son propre sujet : il dit comprendre désormais pleinement ce que ressent un oiseau lorsqu’on le met en cage. Il faut dire que l’oiseau en question avait de nombreux projets pour cette année 2020, il devait voler au-dessus de l’Australie, des pyramides d’Egypte ou encore de la ville de Chicago aux Etats-Unis. Ce sportif accompli explique aussi à quel point il est difficile de s’entraîner physiquement, pour garder toutes ses capacités physiques et de ne rien avoir perdu de ses capacités quand, enfin, il va pouvoir s’adonner à son sport préféré à nouveau.